Les hédoniens ardents

Echanges pour promouvoir l'épanouissement, la bienveillance, l'expression des sentiments, le plaisir, le bien être dans le respect des autres et de la vie.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Essais d'annonces avec images...
Cliquez sur les images pour les voir en grand... - - - - - - - - - - -
-

Partagez | 
 

 L’heureuse décroissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MiVé
Rang: Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2308
Age : 60
Localisation : Liège
Loisirs : Massage, photographie, informatique
Souhaits : De nouvelles personnes sympathiques avec qui dialoguer et plus si affinités...
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: L’heureuse décroissance   Lun 24 Déc 2007 - 16:05

.

Pourquoi « l’heureuse décroissance » ?
Parce que la décroissance, au contraire de ce que l’on pourrait être tenté de penser, n’est pas une régression du bien-être car la décroissance peut rendre la vie beaucoup plus agréable. Une personne heureuse n’a pas besoin d’antidépresseurs, d’acheter des objets aussi coûteux qu’inutiles, de consulter de psychiatre et elle ne tente pas de se suicider, elle ne casse pas les vitrines des magasins, elle ne mange pas plus que nécessaire, elle n’a pas besoin de faire régime ni de faire du sport pour perdre des kilos superflus. Donc, en fin de compte, elle participe que très faiblement à la croissance et à la pollution mais elle sait jouir pleinement de sa vie.

Après avoir pris conscience des méfaits du développement, de la surconsommation, nous pouvons comprendre qu’il est possible d’aller vers une meilleure qualité de vie ce qui ne vas plus de pair avec une croissance illimité du PIB (produit intérieur brut).

Pour survivre, il est urgent d’organiser l’après développement. Le développement ne peut pas être durable et ne peut conduire qu’aux souffrances, à la dégénérescence et à la mort. En conséquence nous demandons et nous voulons un engagement concret dans une réharmonisation, une régénération de la nature et des relations humaines. Il s’agit donc autant de combiner, d’associer aux éléments de la modernité de nouveaux usages que d’imaginer, d’inventer des appareils nouveaux plus économiques, durables, conviviaux, recyclables.

Nous devons reconnaître le pluralisme de notre monde et bien comprendre que nous sommes riches de nos différences qui ne doivent donc pas nous opposer les uns aux autres mais nous enrichir mutuellement et donc aussi qu’il n’y a pas de critères universels et de recettes à imposer mais de pistes à proposer. Et si, bien-sûr, l’heureuse décroissance doit rester un objectif global, les moyens d’y parvenir sont multiples et il est possible de mettre en œuvre de nombreuses alternatives concrètes et cela localement. Il s’agit même d’inventer une nouvelle logique sociale fondée sur la revalorisation des aspects non économique de la vie.

Plutôt que se battre désespérément contre le système, il vaut mieux agir pour élargir et approfondir des alternatives nouvelles en marge de l’économie globalisée et donc de ne pas rester des consommateurs abusifs (et compulsifs) mais des consomacteurs épanouis. Pour cela, nous pouvons créer réseaux d’échanges et de pratiques alternatives et solidaires (REPAS).

Donc, plutôt qu’une révolution violente c’est une reconversion, une évolution logique, harmonieuse et heureuse que nous voulons mettre en place et nous voulons le faire concrètement et pas que cela reste un rêve ou un idéal.

Les valeurs économiques et morales de l’ancien monde doivent être remplacées par de nouvelles valeurs, il ne s’agit plus consommer des loisirs et d’assister passivement à des spectacles pour se distraire mais plutôt de s’amuser et de savoir jouir de ce que nous sommes. Plus besoin d’aller loin, de voyager, de polluer car nous pouvons aussi jouir localement de ce nous disposons ici et de ce que nous sommes sans avoir besoin de fuir au loin et de reproduire là-bas notre incapacité à jouir de la vie ici.

Pour ma part, je souhaite donc une forte réduction des hauts salaires, du temps de travail obligatoire et une diminution du coût de la vie par une diminution des gaspillages. Et donc moins de pollution, moins de voitures, de moteurs bruyants, etc. Je pense aussi que de nouvelles priorités, comme l’isolation et la reconversion des maisons afin d’économiser les dépenses énergétiques, doivent être envisagées, plus même, programmée. De plus, il est possible qu’elles soient en même temps plus agréables à vivre.

Et des tas d’initiatives intéressantes peuvent être imaginées…

_________________
On peut mieux, mais cela prendrait plus de temps...
Revenir en haut Aller en bas
 
L’heureuse décroissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment rendre une femme heureuse
» Je suis si heureuse !!!
» Les Moyens Utiles pour une Vie Heureuse (Assa'di)
» Je suis heureuse de vous avoir trouvé...
» Créer les causes d’une vie heureuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les hédoniens ardents :: Salles de réunions & forums sérieux :: A propos de la politique et des problèmes sociaux-
Sauter vers: